Accueil > Actualités en Palestine > Crimes et violences > Israël : la violence et les punitions collectives

Israël : la violence et les punitions collectives

dimanche 19 février 2023

Israël : la violence et les punitions collectives comme seule politique (Chronique de Palestine)

AccueilArticles Israël : la violence et les punitions collectives comme seule politique
Israël : la violence et les punitions collectives comme seule politique
30 janvier 2023 Articles, Slider

28 janvier 2023 - Alors que des colons israéliens bloquent les voitures palestiniennes à l’entrée du quartier de Shuafat à Jérusalem, la police israélienne d’occupation a protégé les colons tout en réprimant les Palestiniens - Photos : Oren Ziv / Activestills

Par Yumna Patel

Au lendemain du massacre de Jénine et des fusillades de Jérusalem, les responsables du gouvernement israélien appellent à la violence répressive et aux punitions collectives, alors que les tensions sur le terrain ne montrent aucun signe d’apaisement.

Les 72 dernières heures ont été parmi les plus meurtrières enregistrées en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées depuis des années.

Depuis le jeudi 26 janvier, 14 Palestiniens ont été assassinés et des dizaines d’autres ont été blessés par les forces israéliennes et les colons dans le territoire occupé. Dix d’entre eux ont été tués à Jénine lors d’un raid meurtrier de l’armée dans le camp de réfugiés.

Au cours de la même période, six colons israéliens et une Ukrainienne ont été tués, et plusieurs autres personnes ont été blessées lors de deux opérations avec des armes à feu à Jérusalem.

La situation sur le terrain a continué à évoluer rapidement, avec des roquettes tirées depuis Gaza en réponse au massacre de Jénine, et plusieurs frappes aériennes israéliennes sur le territoire assiégé.

Plusieurs autres opérations avec armes à feu ont été menées par des groupes de la résistance palestinienne en Cisjordanie, tandis que les Palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem sont descendus dans la rue pour protester.

Dans le même temps, alors que les forces israéliennes multipliaient les kidnappings et les raids, les colons israéliens ont mené des attaques contre les Palestiniens et leurs biens dans toute la Cisjordanie, avec 144 cas de violence par des colons enregistrés dans la seule nuit de samedi, selon les responsables palestiniens.

À la suite du raid de Jénine et des opérations armées à Jérusalem, les responsables du gouvernement israélien, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont appelé à des politiques de représailles rapides et ultra-violentes dans tout le territoire palestinien occupé, promettant d’augmenter les démolitions punitives de maisons et d’autres mesures destinées à cibler les familles des Palestiniens qui commettent des attaques contre des Israéliens.

Mais malgré les mesures du gouvernement en faveur d’une plus grande punition collective, la tension sur le terrain continue de croître et ne montre aucun signe d’arrêt.
Un aperçu des événements

Le jeudi 26 janvier, les forces israéliennes ont abattu neuf Palestiniens lors d’un raid dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée. Le même soir, un autre Palestinien a été tué par les forces israéliennes dans la ville d’Al-Ram, au nord-est de Jérusalem.

Le vendredi 27 janvier, alors que les résidents du camp étaient sous le choc de ce raid violent, qu’ils considèrent comme le pire raid qu’ils aient connu depuis la seconde Intifada, la nouvelle est tombée qu’une opération armée avait été menée à Jérusalem-Est occupée.

Un jeune Palestinien de 21 ans, Khairi Alqam, s’est rendu dans la colonie israélienne illégale de Neve Yaakov et a tiré sur plusieurs personnes dans le secteur. Sept personnes ont été tuées, dont six colons israéliens et une ressortissante ukrainienne.

Alqam, un résident du quartier d’al-Tur à Jérusalem-Est, a été abattu sur place. Il a été révélé par la suite que le grand-père d’Alqam, dont il porte le nom, avait été poignardé à mort par un colon israélien en 1998.

Le colon qui a assassiné son grand-père a été libéré de prison en 2010.

La même nuit qu’Alqam a été tué, un autre garçon palestinien a été déclaré mort dans le quartier de Silwan, à Jérusalem-Est. Selon Defense for Children International – Palestine, Wadee Abu Ramouz, 17 ans, a été blessé par balle au-dessous du cœur le mercredi 25 janvier et a succombé à ses blessures vendredi soir à 23 heures.

Le lendemain matin, samedi 28 janvier, dans le quartier d’Abu Ramouz à Silwan, il a été signalé qu’un garçon palestinien de 13 ans a été blessé par balle après avoir prétendument effectué une fusillade qui a fait deux blessés parmi les colons israéliens.

La fusillade s’est produite près du parc touristique israélien « City of David », qui, depuis plusieurs années, a déplacé des dizaines de Palestiniens à Silwan.

Samedi soir, un Palestinien du village de Qusin, dans le district de Naplouse, a été tué par balle par un agent de sécurité de la colonie, près de la colonie israélienne illégale de Kedumim. Il a été identifié comme étant Karam Ali Salman, 18 ans.

Dans la matinée du dimanche 29 janvier, Omar Saadi, 24 ans, a succombé aux blessures qu’il avait reçues lors du raid militaire de jeudi dans le camp de réfugiés de Jénine.

La mort de Saadi a porté à 10 le nombre total de victimes du raid de Jénine, que les Palestiniens appellent désormais le « massacre de Jénine ». Saadi était l’un des fondateurs de la brigade de Jénine.
Israël promet davantage de punitions collectives

Samedi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a convoqué une réunion de son cabinet de sécurité, qui est composé d’un ensemble d’extrémistes de droite. Au cours de cette réunion, M. Netanyahu a annoncé que son gouvernement allait mettre en œuvre un certain nombre de mesures de punition collective en réponse à la fusillade.

Parmi ces mesures figurent :

Proposition d’assouplissement des lois sur les armes à feu, permis de port d’arme accéléré pour les citoyens israéliens
Révocation des prestations de sécurité sociale des familles des assaillants palestiniens de Jérusalem-Est
Proposition d’une loi visant à expulser les familles des agresseurs palestiniens
Mise sous scellés des maisons familiales des agresseurs palestiniens avant leur démolition punitive, « afin d’exiger un prix supplémentaire de ceux qui soutiennent le terrorisme »
Arrestation de la famille et des amis des agresseurs palestiniens
Mesures visant à “renforcer” les colonies illégales en Cisjordanie
Déploiement de troupes militaires supplémentaires en Cisjordanie

En plus de préconiser l’armement des citoyens israéliens, le ministre israélien de la sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, un fasciste, a déclaré qu’il ferait également pression pour la peine de mort contre les “terroristes”.

Les mesures annoncées par le cabinet de Netanyahu ont été dénoncées par les experts comme une punition collective et une violation manifeste du droit international des droits de l’homme.

La Quatrième Convention de Genève empêche de punir une personne protégée pour une infraction qu’elle n’a pas commise elle-même et interdit également les sanctions collectives et les représailles contre les personnes protégées et leurs biens.

Un certain nombre de mesures, telles que la proposition d’expulser les familles de Palestiniens accusés d’avoir commis des attentats, ne sont pas des idées nouvelles et ont été proposées sous diverses formes par des politiciens et des députés israéliens au fil des ans.

La politique de révocation de la résidence permanente des Palestiniens de Jérusalem-Est est pratiquée depuis des années, car il existe déjà des lois permettant de révoquer la citoyenneté israélienne et la résidence permanente sous prétexte de « manquement à la loyauté » envers l’État d’Israël.

D’autres mesures, comme l’arrestation massive des amis et de la famille des auteurs présumés d’attentats palestiniens et les démolitions punitives de leurs maisons, sont en place depuis des années, tant en Cisjordanie qu’à Jérusalem.

Cette politique a été décrite par les groupes de défense des droits comme une « vengeance sanctionnée par la justice » et ne s’applique pas aux agresseurs israéliens qui tuent des Palestiniens.

Dans la journée qui a suivi la fusillade meurtrière de Jérusalem, la police israélienne a rassemblé et détenu une cinquantaine de Palestiniens à Jérusalem-Est, principalement des membres de la famille et des amis de Khairy Alqam, qui a mené l’opération. Parmi les personnes détenues se trouvait également la mère d’Alqam.

Dimanche, les autorités israéliennes avaient bouclé la maison de la famille Alqam en vue de sa démolition. La police israélienne a diffusé des images montrant les forces israéliennes en train de souder des plaques de métal sur les fenêtres de la maison et de fermer la porte d’entrée.

Plus tard dans l’après-midi, le bureau de M. Netanyahu a annoncé qu’il scellerait également la maison du jeune Palestinien de 13 ans de Silwan qui a tiré sur deux colons et les a blessés.

En général, Israël démolit les maisons familiales des Palestiniens qui tuent des Israéliens, et non qui les blessent, ce qui marque une nette escalade dans cette politique.

Dimanche, lors d’un autre incident, dans le quartier de Jabal al-Mukabbir à Jérusalem-Est, les forces israéliennes ont démoli deux maisons palestiniennes sous prétexte qu’elles n’avaient pas de permis délivré par Israël.

Les forces israéliennes ont également ordonné la démolition imminente de quatre maisons palestiniennes dans la ville de Yatta, dans le district d’Hébron, en Cisjordanie.

Dimanche après-midi, les affrontements entre les forces israéliennes armées et les civils palestiniens à Jérusalem et en Cisjordanie se sont poursuivis. Au moins un Palestinien a été blessé par des tirs à balles réelles à Jabal al-Mukabbir, et deux Palestiniens, dont un de 13 ans, ont été blessés par des tirs dans le village de Nabi Saleh, situé dans la région de Ramallah.

Les médias palestiniens ont également signalé plusieurs incidents au cours desquels les forces israéliennes et les colons ont fermé les entrées et les sorties des villes et villages palestiniens dans plusieurs districts de Cisjordanie, limitant ainsi les déplacements des résidents.
Les colons lancent des attaques de « vengeance »

Alors que le gouvernement israélien a annoncé son intention de faciliter le port d’armes à feu pour les citoyens israéliens, les colons israéliens ont fait des ravages en Cisjordanie, menant une série d’attaques contre les Palestiniens et leurs biens.

Selon des responsables palestiniens, 144 attaques de colons ont été perpétrées en une seule nuit, samedi, dans la seule région de Naplouse. Ils ont notamment lancé des pierres sur des véhicules palestiniens, incendié des voitures palestiniennes, saccagé et endommagé des magasins palestiniens et déraciné environ 200 arbres.

Dans au moins un incident, quelques heures seulement après l’opération de tir à Jérusalem vendredi, plusieurs Palestiniens ont été blessés lorsqu’un colon israélien aurait ouvert le feu sur eux près de l’entrée de la ville de Beita, dans la région de Naplouse.

Dans la ville de Majdal Bani Fadel, des colons ont attaqué des maisons, des véhicules et une ambulance palestinienne avec des pierres.

Dans d’autres régions de Cisjordanie, des colons ont incendié des maisons et des véhicules palestiniens, notamment dans le village de Turmus Ayya, dans la région de Ramallah. Selon les médias israéliens, bien que trois suspects aient été filmés par des caméras de surveillance, les forces israéliennes n’ont procédé à aucune arrestation.

Dans le sud des collines d’Hébron, des colons israéliens ont agressé et battu un Palestinien, tandis que des rapports font état de colons lançant des pierres sur des voitures palestiniennes à Jéricho, dans la vallée du Jourdain et à Ramallah.

Des colons ont également été filmés en train d’attaquer avec des bâtons et du gaz poivré, un groupe d’Arméniens palestiniens dans la vieille ville de Jérusalem alors que les colons tentaient d’enlever le drapeau arménien d’une église dans le quartier arménien de la vieille ville.

Alors que le gouvernement israélien appelle à l’armement d’un plus grand nombre de citoyens israéliens, les Palestiniens craignent que la violence des colons observée ce week-end ne fasse que s’intensifier.