Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > 2)Nos activités > Nos courriers > vers milieux culturels > à La Dépeche du Midi, sur Sodastream ... et la réponse de la dépeche, puis (...)

à La Dépeche du Midi, sur Sodastream ... et la réponse de la dépeche, puis notre réponse ...

La Dépêche du Midi,
Av Jean Baylet
31100 Toulouse

(vers le 1/05/2017)

Copie à La Dépêche du Midi, 09000 Foix

Madame, Monsieur,

Dans différents numéros récents de la Dépêche du Midi , les adhérents de notre association, Couserans-Palestine, ont découvert une publicité pour Sodastream, un produit en provenance d’Israël, un état considéré par les instances internationales, y compris l’ONU, comme un état criminel dans sa politique d’apartheid et son attitude à l’égard du peuple palestinien.
Mais il y a pire : en regardant de plus près cette publicité, on constate qu’il ne s’agit pas d’une publicité payée par Sodastream – ce qui serait déjà critiquable et condamnable-, mais d’un cadeau offert par la Dépêche du Midi à ses lecteurs désireux de s’abonner au journal. La responsabilité de La Dépêche dans cette publicité est donc totale.
 
Et nous nous devons de rappeler un certain nombre de faits, alors que, depuis décembre 2016, un arrêté au JO de la République française interdit la mise en vente, sous l’étiquette « made in Israël », de produits issus des colonies illégalement occupées par Israël
 
Sodastream est un groupe israélien qui prospère depuis des années grâce à la production sur des terres volées à la Palestine par l’Etat d’Israël. L’entreprise a notamment possédé jusqu’à ces derniers mois, une usine de fabrication en
Cisjordanie, dans la colonie illégale de Mishor Adumim – Maale Adumim. et l’entreprise exporte ses produits sous la mention « fabriqué en Israël », avalisant de fait l’annexion des terres palestiniennes occupées par les extrémistes colons.
 

Nous vous communiquons, en PJ, copie de l’arrêté paru au JO.

Nous sommes disponibles pour aborder avec vous, au siège de votre rédaction locale, en Ariège, la question des relations avec Israël et la nécessité d’un boycott de cet Etat

Recevez, Madame, Monsieur, l’assurance de notre attachement aux droits des peuples

Voir la réponse de La depeche dans les images


et notre réponse du 26/08/2017

que vive la Palestine

à

La Dépêche du Midi,
Av Jean Baylet
31100 Toulouse

Copie à La Dépêche du Midi, 09000 Foix

Madame, Monsieur,

L’association Couserans-Palestine a bien reçu votre courrier du 16/06 par lequel vous répondiez à notre lettre du 20/04
L’association Couserans-Palestine sait pertinemment que la réglementation concernant les produits palestiniens ne concerne que les produits alimentaires. Malheureusement, ajoutons nous, parce que des produits non alimentaires vendus sous étiquette israélienne proviennent également de terres attribuées par l’ONU à la Palestine.

Et nous pensions naïvement que, d’un point de vue éthique, votre journal, qui s’honore de défendre les grands principes de la déclaration des Droits de la Personne Humaine, aurait à coeur de défendre les droits des Palestiniens à vivre dans leur pays, en dehors de toute occupation militaire et de toute confiscation de leurs biens et de leurs terres.
Apparemment, nous nous trompions quant à vos orientations humanitaires.

Recevez, Madame, Monsieur, l’assurance de notre attachement aux droits des peuples

Pour Couserans-Palestine (09)
Les Co-Présidents

Couserans-Palestine (09) regroupe plus d’une centaine d’adhérents du département de l’Ariège, qui agissent :
- Pour l’instauration d’un état palestinien souverain, indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale, dans les frontières d’avant la « guerre des six jours », en application de la résolution 242 des Nations Unies ;
- Pour l’application de la résolution 194 de l’ONU pour le droit au retour des réfugiés ;
- Pour établir des liens de solidarité avec le peuple palestinien.

SPIP 3.0.21 [22462] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 21 juin 2018