Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Documentation > Ziad Medoukh > Les articles de Ziad Medoukh > Cette fois-ci, l’accueil était magnifique en France Merci beaucoup les amis, (...)

Cette fois-ci, l’accueil était magnifique en France Merci beaucoup les amis, merci beaucoup les solidaires.

Cette fois-ci, l’accueil était magnifique en France Merci beaucoup les amis, merci beaucoup les solidaires.

C’est vrai, chaque fois quand je viens en France pour des colloques et des conférences, tous les deux ou trois ans selon les conditions de sortie de ma ville Gaza, une région sous blocus israélien inhumain depuis plus de treize ans, avec énormément de difficultés pour en sortir et pour y revenir ; j’ai toujours un accueil très chaleureux de la part de ces amis, ces solidaires, et ces personnes de bonne volonté partout dans ce pays ami de la Palestine. Un accueil et un entourage que j’apprécie énormément, car il montre une fois de plus que la cause palestinienne , cause de justice, sera toujours soutenue.

Mais cette fois-ci , mon séjour de trois semaines en France entre mi-novembre et début décembre 2019 a été magnifique , rempli des rencontres très intéressantes avec des amis et des personnalités, l’animation de plusieurs conférences publiques, la participation à des colloques universitaires, des interviews accordées à des médias, la réception par des élus et la présentation et dédicace de mon dernier livre "Etre non-violent à Gaza" sorti en France début novembre.

Un séjour riche en expériences et partages avec des personnes de tout horizon et de différentes origines en France et quelques pays européens.

Malgré les différentes grèves et le mouvement social en France, j’ai constaté une forte mobilisation pour organiser des conférences publiques en ma présence, dans la région parisienne et en province , une générosité et un accueil très chaleureux de toutes les personnes rencontrées.

Certes, comme professeur universitaire de français de Gaza , poète et écrivain d’expression française et activiste sur les réseaux sociaux ,mon public en France et en Europe est très large, avec un réseau d’amis et de mouvement de solidarité avec la Palestine, des universitaires, des poètes et des écrivaines, des organisations de droit de l’Homme et de la non-violence, sans oublier les amis et les connaissances. Mais cette fois-ci, j’ai senti que tout le monde voulait s’occuper de moi et me rencontrer.

Souvent, je fais mes interventions et mes communications dans des colloques et des conférences depuis Gaza via Skype, mais rien n’est comparable aux contacts humains, et je l’ai constaté cette-fois ci avec de nouveaux amis et de nouvelles personnes rencontrées en France.

Dès l’annonce de ma venue en France, en fait, j’annonce seulement quand j’arrive à Paris, car avec les difficultés pour sortir de Gaza, rien est évident pour arriver ici, j’ai immédiatement reçu des dizaines de propositions pour animer des conférences, rencontrer des personnes, interviews à des médias, ainsi que des invitations chez les amis.

L’aspect le plus étonnant et en même temps rassurant est la mobilisation et la capacité de ces mouvements et de ces personnes à organiser en une semaine de plus de 12 conférences publiques et rencontres pour moi dans la région parisienne et dans 5 autres villes. Malgré l’annonce tardive de ces conférence, il y a eu un public large et attentif dans toutes mes conférences.

Depuis mon arrivée en France et jusqu’à la veille de mon départ , il y a eu presque chaque jour une conférence-quelques fois deux -

J’ai été très heureux quand Radio Orient m’ a honoré pour mes témoignages en direct de Gaza sur leur chaîne et les médias francophones. Et quand une association culturelle m’a accordé le statut d’un membre d’honneur. Et encore quand des élus et de maires facilitent la tenue de mes conférences.

J’ai été très satisfait de la réussite de mon dernier livre sorti en France en novembre dernier "Etre non-violent à Gaza" qui a connu un succès énorme avec l’épuisement de la première édition. De 20 à 30 exemplaires vendus dans chaque conférence ou présentation. Et c’était toujours un plaisir pour moi de faire des dédicaces à ces personnes de bonne volonté.

En fait, personnellement, je travaille avec tout le monde, et je réponds toujours positivement à toutes les invitations, notamment du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien. Et la priorité pour moi est de rencontrer le maximum de personnes et d’animer le maximum de conférences publiques pour témoigner de la situation très grave en Palestine en général, et dans la bande de Gaza en particulier, en prenant des RV entre les RV pour pouvoir voir beaucoup de monde. Même si je n’avais pas le temps de souffler, j’ai appris énormément de choses lors de mes différentes rencontres avec des dizaines de personnes , de personnalités politiques et associatives et de simples citoyens.

Je suis arrivé à Paris le 15 novembre 2019 pour participer essentiellement au colloque international au Sénat organisé le samedi 16 novembre par le Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient -CVPR-PO-sur l’apartheid israélien dans les territoires palestiniens . Ma communication portait sur la résistance populaire et non-violente dans la bande de Gaza, et le rôle de la société civile dans cette région enfermée.

Dans l’après-midi , même très fatigué après deux jours de voyage entre Gaza et Paris, je suis allé au studio de la radio France-Maghreb 2 pour une interview lors de leur émission " le grand forum" qui a duré deux heures avec plus de 20 appels téléphoniques pour saluer ma présence à la radio et envoyer un message de soutien à la population de Gaza.

Pendant le colloque au Sénat, j’ai eu le plaisir de rencontrer beaucoup d’amis et de solidaires qui sont venus assister à cette rencontre très riche, avec des intervenants de qualité et des échanges très intéressants.

Un ami du Comité a organisé une rencontre avec le Sénateur Pascal Savoldelli, président du groupe d’amitié France-Palestine au Sénat. qui m’ a reçu pendant trente minutes pour confirmer le soutien de la France à la création d’un Etat palestinien libre.

L’après-midi , j’ai participé à une manifestation en solidarité avec Gaza au centre de Paris, avec une intervention rapide. Beaucoup de personnes m’ont proposé de prendre des photos avec moi pour les mettre sur leurs page Facebook. Je leur ai dit que je n’étais pas ni star ni une personnalité, mais ces personnes, en majorité des jeunes, m’ont rassuré avec leur soutien à la Palestine.

Oui, c’est ça la France pour moi, ce sont ces personnes de bonne volonté partout par leur accueil, leur générosité, leur entourage, leur gentillesse et leur hospitalité, qui ont montré leur soutien à la cause palestinienne comme cause de justice, et leur solidarité avec la population civile de la bande de Gaza.

La France pour moi c’ est cette grande militante , âgée et fatiguée, mais qui veille à mon hébergement et me procure toutes les facilités pendant mon séjour en France.

Ces personnes qui m’entourent et m’invitent tous les jours, ces personnes qui m’appellent au téléphone de France, certes, mais aussi de suisse, et de Belgique pour me saluer et me souhaiter la bienvenue en France.

Ces personnes qui viennent me rencontrer à la gare d’une ville en province entre deux trains, ou viennent me dire au revoir à l’aéroport

Cs personnes qui envoient un message de soutien à la population civile de Gaza et aux jeunes francophones bénévoles via les petites vidéos de la chaîne "Gaza la vie".

Un personne âgée qui fait plus de 200 km aller-retour en voiture pour venir me chercher dans un autre village ou une autre ville.

Ces personnes qui viennent de loin pour m’écouter lors des différentes conférences dans différentes régions.

Ce couple qui chaque fois insiste pour m’inviter chez eux pour un dîner royal.

Ces 15 personnes qui sont venues me rencontrer dans un restaurant d’une grande ville malgré l’annonce tardive de ma venue dans leur ville pour échanger avec moi sur la situation actuelle dans la bande de Gaza

Ces deux personnes qui ont collaboré à la rédaction et la publication de mon dernier livre " Etre non-violent à Gaza" qui se sont déplacées , quelques fois en vélo ou à pied-à cause de grèves- pour être avec moi dans mes 7 conférences publiques dans la région parisienne pour la promotion de ce livre qui a connu un grand succès avec l’épuisement de son première édition.

Ces paysans du Larzac qui se regroupent dans une ambiance familiale pour m’accueillir et me faire goûter leurs produis naturels et bio.

Cette personne qui me propose m’accompagner en sa voiture pour faire le trajet Lille-La Haye au Pays-Bas, plus de 12 heures de route aller-retour en passant par la Belgique. Et à Lille, j’ai eu la chance d’aller voir ma mère du nord Annie ,même pendant trente minutes seulement. Une bouffée de tendresse de plus.

A La-Haye, et devant la Cour Pénale Internationale, j’ai été très touché par la présence de centaines de solidaires de plusieurs pays européens qui sont venus pour rappeler à la Procureure de ses saisir des nombreuses plaintes déposées par les Palestiniens pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité israélien. J’ai rencontré beaucoup d’amis et de solidaires français, belges et suisses qui ont apprécié mon intervention émouvante devant le rassemblement.

En France, l’accueil chez les habitants est très chaleureux quand je dors chez eux, ils font tout pour faciliter mon séjour chez eux durant un ou deux jours, et la question posée est toujours : "qu’est-ce que tu prends au petit-déjeuner Ziad" une question qui montre leur géniroté mais quelquefois me gêne , car je leur dis toujours que je suis un simple citoyen et je m’adapte, et je mange ce qu’ils mangent eux aussi.

Oui, la France pour moi, c’est cette mobilisation de beaucoup de personnes de bonne volonté quand la grève a commencé, une personnes qui vient de très loin pour me chercher de Malakoff à Saint-Denis pour mes derniers jours en France.

Bloqué trois jours à Saint-Denis avant mon départ pour Gaza, plusieurs personnes sont venues me voir en voiture, en vélo.

Ma dernière conférence à la librairie Résistances à Paris, environ 50 personnes qui sont venues en voiture, en vélos, ou à pied pour m’écouter et acheter mon dernier livre. Bravo !

Ce jeune qui est venu pour m’accompagner en voiture à l’aéroport .

Ces personnes qui achètent des cadeaux pour mes enfants. Quelques fois j’ai été très gêné car je ne pouvais pas les emporter avec moi du fait de difficultés sur la route et lors du passage pour rentrer à Gaza.

Maintes exemples de cette générosité, de cet accueil et de ce soutien

Oui, j’ai senti que tout le monde se mobilise pour moi et ça me touche beaucoup.

Moi "l’âgé" de 53 ans, j’ai été traité comme un enfant gâté par des personnes de bonne volonté partout en France.

Le seul regret pendant mon séjour est de ne pas avoir pu rencontrer toutes les personnes qui voulaient me voir.

Oui, je suis très satisfait de mon dernier séjour en France, j’ai constaté cette évolution de l’opinion publique française en faveur la cause palestinienne.

Je rentre à Gaza ma prison tout à fait rassuré par cette mobilisation, avec plus d’énergie pour continuer le combat via l’éducation, la culture et l’attachement à la terre, aux côté de toute une population qui a choisi comme moi de rester sur place afin d’affronter la dure réalité de l’occupation et du blocus, mais surtout afin de résister, d’exister et de garder espoir d’un lendemain meilleur, un lendemain de liberté, de paix, une paix dans la justice, car il n’ y aura jamais de paix sans justice.

Chers amis français qu’elles soient vos origines, votre accueil me touche beaucoup

Merci beaucoup les amis, merci beaucoup les solidaires, bravo pour votre accueil et pour votre engagement et votre mobilisation.

Vive la solidarité

Amitiés de Gaza la vie et Gaza la belle.

Gaza la dignité qui n’oubliera jamais votre soutien et votre solidarité.

SPIP 3.0.21 [22462] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 25 février 2021