Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > 6)Documentation > Histoire de la Palestine > Sandrine Mansour : brève histoire de la Palestine

-* Sandrine Mansour : brève histoire de la Palestine

-* Sandrine Mansour : brève histoire de la Palestine

"L’ Histoire occultée des Palestiniens de 1947 à 1953 " * par Sandrine Mansour-Mériem, docteur en Histoire à l’ Université de Nantes, chercheuse en Histoire Contemporaine Méditerranée et Atlantique.
Notes à partir de la conférence donnée le 7 novembre 2017 dans le cadre de l’Université Populaire du Pays de Foix.

Rédaction de F. Paumier, avec des contributions de Viviane, Marie et Mado G.

Pourquoi cet intitulé « Palestine de 1948 à 1953 » ? Cette période est un condensé de toute l’histoire de la Palestine sous le Sionisme : son effacement total, sa totale disparition, sa Naqba.
1897 : 1er congrès sioniste à Bâle dans le contexte de création des états-nations et de souhait d’exclure les juifs sous prétextes financiers. Au début Hertzl , qui promeut l’idée d’un État pour les Juifs, n’a pas l’idée de la Palestine ; il pense à l’Argentine, l’Ouganda … Il fait faire des études socio-économiques. Le projet ne prend pas car les Juifs sont plus attachés à leur pays d’origine qu’à leur religion,le seul pays d’exil qui les tente est... les USA ! La Palestine est un territoire imaginaire religieux …"une terre sans peuple pour un peuple sans terre " ; pourtant, en 1925, le Pachalik de Palestine était deux fois plus densément peuplé que les USA (52 h par mile carré).
Ce congrès pose les bases d’un futur État juif tandis que les puissances guettent la dislocation de l’empire ottoman pour en récupérer les richesses et la main d’œuvre pas chère. l’Empire Ottoman contrôle cette vaste zone sans frontières, où le découpage souvent fait à l’emporte pièce sera générateur des conflits futurs.

La France, grande puissance catholique, présente en Syrie, au Liban, en Palestine ; elle se donne une mission de civilisation préalable à l’indépendance. Depuis 1801 elle bénéficie d’un statut spécial en Palestine par rapport aux lieux saints.
L’Angleterre pense que le judaïsme pourra être un moyen de pénétrer cette zone du Proche-Orient : Anglais et une partie des Juifs d ’Europe et d’Amérique du Nord se soutiennent pour prendre le pas sur les Français.

En Palestine : dynamisme économique, développement de la presse. L’élite intellectuelle est très attentive à la géopolitique : elle interpelle les Britanniques et les Français. Les Britanniques proposent au roi Hussein un grand royaume arabe si les arabes combattent à côté des Français et des Anglais pendant la guerre de 14. Contrairement aux engagements pris les accords Sykes-Picot établissent des frontières coloniales ; c’est vécu par les autochtones comme une grande trahison !
1917 : déclaration Balfour : tout l’avenir de cette zone est contenu dans ce texte ! Contrairement aux apparences Balfour est antisémite ; c’est un sioniste qui a écrit le texte dans lequel apparaît, grâce à Hertzl, pour la première fois le terme « Foyer National pour le peuple Juif » ainsi que « les communautés non juives auxquelles il faut conserver les droits civils et religieux ... Les sionistes proposent un soutien financier à la Turquie si elle soutient le projet Balfour : elle refuse de le soutenir mais permet l’installation de colonies juives (45 en 1917).
1918 : victoire des Anglais et des Français, défaite des allemand et de la Sublime Porte.
1922 : la SDN vote le cadre de mise en place de l’indépendance pour tous les pays de la zone, sauf la Palestine. Les Palestiniens se mobilisent mais les sionistes sont soutenus par les Britanniques financièrement et militairement. Fondation de la Histadrout, syndicat para-militaire et constitution de 3 groupes para-militaires (Stern, Haganah, Irgoun) – dont des membres sont parfois incorporés dans la police - qui vont constituer ultérieurement la base de l’armée d’Israël.
1936/1939 : grande grève des Palestiniens : mot d’ordre : ce territoire nous appartient ! Répression énorme : condamnations à mort, exil …
1937 : les Britanniques se rendent compte du danger d’explosion et envisagent un partage en 2 du territoire.
1939 : rédaction d’un livre blanc pour limiter l’accès du territoire aux Juifs : attentats des groupes paramilitaires (terroristes ?) juifs contre les Britanniques qui décident de rendre leur mandat. Les Palestiniens proposent une Fédération.
1947 : plan de partage : la majorité des membres de l’ONU est pour le non mais Américains et Russes font pression sur les petits États. Résultat : 56 % du territoire pour Israël et 44 % pour Palestine. L’ONU n’applique pas la résolution sur place et, dès lendemain du vote, l’expulsion des Palestiniens commence et 2 groupes de guérilla se constituent.
1948 : au départ des Britanniques (14 mai) les ¾ des Palestiniens ont été chassés, les sionistes accaparent 70 % de la Palestine, au lieu des 56 % prévus.
Après la guerre avec les Pays Arabes, c’est 78 % du territoire qui est occupé par Israël ; les 22 % restants sont administrés par la Jordanie (Cisjordanie) et par l’Égypte (Gaza).
ONU : résolution 194 pour le droit au retour des réfugiés.
Années 60 soutien actif de la France (SFIO, Gaston Deferre) au programme nucléaire israélien.
1964 : création de l’OLP
1967 : 2eme guerre, « guerre des 6 jours » dont l’enjeu est l’eau car les Israéliens vivent à l’européenne et consomment beaucoup d’eau, sans compter l’agriculture intensive (végétation rasée, plantations dévoreuses d’eau …) : Israël occupe la totalité du territoire envisagé par Hertzl en 1917 ! Guerre unanimement condamnée, mais en même temps soutien au développement militaire d’Israël.
ONU : résolution 242 pour l’instauration d’un état palestinien souverain, indépendant,
avec Jérusalem-Est comme capitale, dans les frontières d’avant la « guerre des six jours » de 1967.
1987 : après 20 ans de « politique du fait accompli » la colonisation de peuplement permet à Israël d’occuper la totalité du territoire, dont Jérusalem-Est. Les conditions de vie ses Palestiniens se dégradent encore (bien qu’ils payent des impôts).
En décembre, la première Intifada, le « soulèvement des pierres » donne un visage humain aux Palestiniens. Il est compréhensible que l’OLP soutienne l’Irak au moment de la première guerre du Golfe, qui perturbe l’agenda israélien…
1991 : la conférence de Madrid, où les USA reprennent la main, débouche sur les accords d’Oslo et les frontières de 1967 sont reconnues par l’OLP : jeu de dupes qui permet à Israël de gagner du temps … Les 22 % qui restent sont divisées en 3 zones : en A c’est l’AP (Autorité Palestinienne) qui gouverne en théorie car en réalité c’est l’armée israélienne qui commande ; en B le contrôle est conjoint et en C (en gros la vallée du Jourdain frontalière avec la Jordanie c’est Israël ! L’AP dispose d’institutions étatiques sans État et joue le rôle de gardien de prison … 600.000 colons répartis en 230 à 240 colonies occupent la totalité du territoire, dont Jérusalem-est, destinée pourtant par l’ONU à être la capitale de la Palestine (éradication de la présence chrétienne et arabe). Une ville nouvelle est créée entre Jérusalem et Ramallah pour y transférer les Palestiniens !
Le pseudo État de Palestine est réduit à 3 Bantoustans …
Le mur (730 km), commencé à être érigé en 1970 à l’initiative de l’extrême droite et du parti travailliste, est situé à 85 % sur le territoire de la Cisjordanie et a été déclaré illégal par la Cour Internationale de Justice de la Haye.
Les réfugiés : plus de 5 millions à l’extérieur, dont 1 million à l’intérieur des frontières qui sont dans une situation de non-droit, malgré les résolutions de l’ONU. l’UNWRA, agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens avait été mise en place en 1948 pour un an ! Elle est de plus en plus nécessaire, en particulier à Gaza ...
Sur l’ensemble du territoire historique les Palestiniens sont environ 3 millions en Cisjordanie, 2 millions à Gaza et 1.5 millions en Israël.
Selon Gidéon Lévy, historien israélien, « le peuple palestinien est le peuple le plus pacifique au monde » et « Israël est une théocratie ».

* Le livre broché de Sandrine Mansour est à 8€50

SPIP 3.0.21 [22462] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 15 décembre 2017