Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Documentation > Des documents à connaître > Infos Gaza de Jacques Salles > Des combattants de la résistance palestinienne tués dans la destruction d’un (...)

Des combattants de la résistance palestinienne tués dans la destruction d’un tunnel par Israël

Infos Gaza 891 bis
Des combattants de la résistance palestinienne tués dans la destruction d’un tunnel par Israël
jeudi 2 novembre 2017 / 6h:40

Hasan Abu Hassanein, un commandant en second du Jihad islamique, avait survécu à plusieurs tentatives d’assassinat israéliennes avant d’être tué lundi - Photo : Réseau d’information al-Qods
inShare
Enregistrer
Maureen Clare Murphy – Au moins sept combattants palestiniens ont été tués quand Israël a fait exploser un tunnel le long de sa frontière avec Gaza ce lundi après-midi.
Les équipes de secours tentaient toujours de récupérer les personnes disparues après l’explosion lundi soir.
Un commandant et son adjoint de la branche armée du Jihad islamique, un groupe de la résistance palestinienne, ont été tués.
Le Jihad islamique a déclaré qu’il considérait toutes les options en réponse et avait mis ses combattants en état d’alerte.
Cinq des personnes tuées appartenaient à la branche armée du Jihad islamique et deux étaient des combattants du Hamas venus à leur secours.
Au moins une douzaine d’autres auraient été blessés.
L’armée israélienne d’occupation a affirmé que le tunnel ciblé, encore en construction dans le centre de la bande de Gaza au nord de Khan Younis, atteignait le territoire israélien [Palestine de 1948]. Un porte-parole de l’armée d’occupation a qualifié le tunnel de « violation flagrante de la souveraineté israélienne ».
Le porte-parole a déclaré que l’armée ne croyait pas que le tunnel représentait un danger, mais avait décidé de le détruire en tant que mesure préventive.
Les tunnels de Gaza
La destruction des tunnels était l’objectif déclaré de l’invasion terrestre d’Israël lors de l’assaut sur Gaza en 2014.
Les groupes de la résistance palestinienne à Gaza – dans une confrontation inégale avec l’une des armées les plus puissantes au monde – ont utilisé des tunnels pour porter des coups inattendus et embarrassants pour l’armée israélienne.

Un média iranien accède pour la première fois aux tunnels du Hamas
Le Hamas a observé et imposé un cessez-le-feu avec Israël depuis la fin des 51 jours de bombardement israéliens de l’été 2014.
De nombreux Palestiniens, y compris les membres du Hamas, considère l’attaque de lundi comme une tentative de saper l’accord de réconciliation nationale signé entre le Hamas à Gaza et l’Autorité palestinienne de Ramallah au début de ce mois.
L’aile armée du Front populaire de libération de la Palestine, un groupe de gauche, a promis une réponse unifiée au « crime lâche ».
Martyrs de la résistance
Arafat Abu Murshid, le commandant du Jihad islamique tué lors de la frappe de lundi, est le frère de Muhammad Abu Murshid, également commandant du groupe, qui a été assassiné par Israël en 2007.
Une photo d’Abu Murshid a circulé sur les médias sociaux après sa mort lundi.
Hasan Abu Hassanein, un commandant adjoint du Jihad islamique, avait survécu à plusieurs tentatives d’assassinat israéliennes avant sa mort lundi, et il aurait tiré la première roquette sur Tel Aviv durant les combats de l’été 2014.
Une photo d’Abu Hassanein a circulé sur les médias sociaux après sa mort lundi.
Le combattant du Jihad islamique, Ahmad Abu Aramana, âgé de 25 ans, aurait été tué deux heures avant que son épouse ne mette au monde son enfant dans le même hôpital où le corps d’Aramana a été déposé lundi. Le garçon nouveau-né a été nommé du même nom que son père.
Misbah Shubeir, un commando naval dans la branche armée du Hamas, les Brigades al-Qassam, qui est décédé lundi, devait se marier le mois prochain.
Un second commando naval des Brigades al-Qassam, Muhammad Marwan al-Agha, a également été tué.
Ainsi que Omar Nassar al-Faleet, qui était un combattant dans la branche armée du Jihad islamique.
Husam Jihad al-Samiri, un combattant du Jihad islamique, est également mort.
Israël a-t-il gazé les combattants de la résistance ?
Le ministère de la Santé à Gaza a déclaré que ceux qui avaient été tués et blessés dans l’explosion du tunnel avaient inhalé du gaz toxique et il appelé les autorités concernées à révéler les armes utilisées dans l’explosion.
Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a déclaré qu’une « technologie révolutionnaire » avait contribué à la découverte du tunnel.
Israël a construit un mur souterrain le long de sa frontière avec Gaza, au coût de 1,1 milliard de dollars. Les États-Unis ont financé les projets d’Israël pour développer des technologies de détection des tunnels, utilisant Gaza comme laboratoire, dans l’espoir que ces technologies puissent être exploitées plus tard le long de la frontière américano-mexicaine.
D’autres parties de Gaza sont menacées
Entre-temps, Israël a menacé des habitants de Beit Lahiya, une ville du nord de Gaza, affirmant avoir découvert deux tunnels et des infrastructures connexes sous une mosquée et un immeuble d’appartements.
L’armée a fait un post sur Facebook en disant que la vie des civils vivant dans et autour de la zone étaient en danger à cause d’une frappe israélienne potentielle.
Eyal Zamir, un commandant militaire de l’armée d’occupation, a averti que l’immeuble pouvait être considéré comme une cible légitime.
Selon les groupes de défense des droits palestiniens Adalah et Al-Mezan, « Vingt et une personnes vivent dans le bâtiment, dont quatre femmes et douze enfants ».
Les groupes de défense des droits humains ont déclaré : « Les affirmations israéliennes sur les tunnels ne justifient pas les menaces d’attaquer des civils et de détruire leurs maisons. »
Adalah et Al-Mezan ont déclaré que certains des résidents du bâtiment menacé ont fui mais que d’autres sont restés parce qu’ils n’ont pas les moyens de se procurer un autre logement.
Les groupes de défense ont déclaré que les menaces israéliennes contre les familles et leurs foyers, comme les attaques contre les civils en général « constituent des violations flagrantes du droit international ».
Par ailleurs, l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine, a rapporté samedi avoir découvert un tunnel sous l’une de ses écoles de Gaza le 15 octobre.
L’agence a fermé le tunnel et les activités scolaires ont repris 10 jours plus tard, a déclaré l’UNRWA.
« La présence d’un tunnel sous une installation de l’UNRWA, qui jouit de l’inviolabilité en vertu du droit international, est inacceptable », a déclaré l’agence.
« Cela met en danger les enfants et le personnel des agences. »
Maureen Clare Murphy est rédactrice à The Electronic Intifada (Arts, Musique et Culture). Elle vit à Chicago.

Infos Gaza 891

Les forces israéliennes ont transformé la Cisjordanie en cantons et ont continué à imposer la fermeture illégale sur la bande de Gaza pour le 10
Des dizaines de points de contrôle temporaires ont été établis en Cisjordanie et d’autres ont été rétablis pour entraver le mouvement des civils palestiniens.
6 civils palestiniens, dont 2 enfants, ont été arrêtés aux postes de contrôle en Cisjordanie.
Un civil palestinien a été arrêté au point de contrôle de Beit Hanoun "Erez" dans le nord de la bande de Gaza.
Résumé
Les violations israéliennes du droit international et du droit international humanitaire dans le territoire palestinien occupé se sont poursuivies au cours de la période considérée (du 2 au 8 novembre 2017 ).
Au cours de la période considérée, les forces israéliennes ont blessé 5 civils palestiniens, dont 3 pêcheurs dans la bande de Gaza. Dans la bande de Gaza également, les forces navales israéliennes ont continué de chasser les pêcheurs palestiniens dans la mer et de cibler les fermiers et les maisons dans les zones frontalières.
Dans la bande de Gaza, le 6 novembre 2017, deux pêcheurs palestiniens, également frères, ont été blessés lorsque des canonnières israéliennes stationnées au large du nord de la bande de Gaza ont ouvert le feu sur les bateaux de pêche palestiniens naviguant dans les 4 miles nautiques. L’un des pêcheurs a été blessé avec une balle en métal recouverte de caoutchouc à la cuisse droite tandis que l’autre a été blessé avec une balle le long du genou gauche et d’autres balles en caoutchouc dans la cuisse droite et l’articulation du pied droit. Ils ont ensuite été arrêtés et emmenés au port d’Ashdod tandis que leur bateau était confisqué avec tout son équipement. Plus tard, ils ont été relâchés alors que leur bateau est sous surveillance.
Le 8 novembre 2017, un pêcheur palestinien a été blessé à la main droite par une balle en métal recouverte de caoutchouc lorsque les forces israéliennes ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 4 milles nautiques au large de Beit Lahia.
Dans le même contexte, le PCHR a surveillé l’escalade des attaques israéliennes contre les pêcheurs dans la mer de Gaza bien qu’il ait été annoncé que les pêcheurs de Gaza sont autorisés à naviguer à 9 miles nautiques au lieu de 6. Cela prouve la politique israélienne de cibler les pêcheurs dans leurs moyens de subsistance. Au cours de la période considérée, des canonnières israéliennes ont pourchassé des bateaux de pêche et ont ouvert le feu sur elles cinq fois. En raison des cinq incidents de tirs survenus au nord-ouest de Beit Lahia, un bateau

SPIP 3.0.21 [22462] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 17 août 2018